Monsieur,
C’est en écoutant votre intéressant dialogue radiodiffusé avec Dominique Rousset que j’ai entendu que vous souhaitiez enquêter sur les initiatives sociales libératrices sur les lieux de travail.
Je ne sais si le témoignage qui suit entre dans le cadre que vous souhaitez mais l’initiative que je vais vous exposer a été une fierté pour moi au point de me dire que je pouvais « mourir » (j’approchais de la retraite) puisque j’avais enfin fait quelque chose pour une collectivité institutionnelle : un Conservatoire (celui de Grenoble).
Professeur de violon, très heureux d’enseigner, je souffrais du climat engendré par les rivalités entre élèves et entre professeurs. Les examens consistaient à imposer un programme unique, par niveau, pour tous les candidats, ce qui avait pour conséquences de comparer des incomparables (comment comparer et évaluer telle qualité musicale [interprétative, émotionnelle] avec telle capacité technique ? Mais aussi, comment évaluer équitablement ? Enfin et surtout, cela aboutissait à une concurrence entre élèves et professeurs alors qu’aucun accord n’existait sur les critères d’évaluation qui tendaient à se limiter aux aspects techniques. Enfin au vingtième ou trentième candidat dans la même journée, le jury n’est plus en état de juger et de comparer…
Plus fondamentalement : chaque élève ne pouvait pas se présenter sous son meilleur jour et présenter l’ensemble de ses qualités et progrès pour passer dans le cycle supérieur (évaluation sommative). La difficulté de négociation entre professeurs et direction consistaient à accepter des critères d’évaluation acceptés par le plus grand nombre et plus profondément à reconnaître l’impossible séparation entre qualités techniques et artistiques ! En effet, comment émouvoir son public avec son instrument sans moyens techniques ?
Inversement, une démonstration de virtuosité technique peut impressionner mais laisse froid émotionnellement. L’exécutant n’est pas interprète…
Admirer n’est pas être touché intimement. Ce que la musique sait si bien faire … ce que nous sommes invités à promouvoir prioritairement chez nos élèves, ce qui implique de leur transmettre des moyens techniques d’exécution, d’interprétation et d’expression.
Mon initiative, présentée à la direction, a consisté à proposer pour ces épreuves, devant jury, une oeuvre choisie par les élèves dans des programmes reconnus par tous les professeurs ainsi que des oeuvres choisies en concertation avec le professeur de chacun. Le but recherché était de permettre à chaque candidat de se montrer au meilleur de lui-même en échappant à une comparabilité introuvable en matière d’art (jugement de goût). Très vite l’effet recherché s’est produit. Un apaisement au sein des classes et entre les professeurs. Une créativité stimulante menant à des collaborations joyeuses. Egalement une dédramatisation pour tous de ces épreuves.
La liberté de choisir en grande partie le contenu des épreuves du programme des examens a rendu possible la coopération entre élèves et professeurs. Ce qui eut pour effet de détendre l’atmosphère générale de l’établissement au moment des épreuves mais aussi en amont et en aval. Les performances sont devenues plus variées et artistiquement plus probantes.
Le changement par le contenu des épreuves a développé l’imagination des élèves comme de leur professeur. Les premiers par la composition d’un programme de concert tels qu’ils seraient amener à en produire librement dès le lendemain de leur sortie de l’établissement. Les seconds par une créativité adaptée à leurs élèves et à leur talent propre et capacité relationnelles. Ainsi les élèves appelèrent leurs pairs pour réaliser leur programmes, ce qui les initiait enfin à des collaborations telles qu’ils seraient amenés à en créer (toute leur vie) s’ils voulaient faire de la musique d’ensemble à leur sortie de l’établissement. (Hors de l’établissement, point d’accompagnatrice(teur), point de salle de concert offerte et gérée par l’établissement, etc.).
Nous avons donc peu à peu assisté à des prestations de bon niveau artistique mêlant parfois diaporama, danse, accordéon, ou récitant, etc. loin des programmes uniques et ennuyeux d’avant ! (Beaucoup d’orchestres recrutent dans ces conditions, [une partie du programme étant au choix du candidat] le jury évaluant les candidats sans les comparer terme à terme).
Voilà c’est tout simple mais je fus aussi surpris qu’heureux de participer à ce changement de perspective dans les évaluation de la « scolarité » des élève musiciens du CRR de Grenoble où j’ai vécu les dix années les plus belles de ma carrière musicale passée majoritairement dans des orchestres de chambre et symphoniques. A la retraite, c’est encore mieux ! puisque je fais de la musique en totale liberté, pour le seul plaisir de jouer et de communiquer d’intime à intime avec des publics.